Get Adobe Flash player
Agenda
Du 28 février au 5 mars 2017

36e salon d'Art (peintures, dessins, sculptures...) au centre culturel Baschet. Entrée libre tous les jours de 14h30 à 18h30.

 
Vendredi 3 mars 2017

A 20h30, conférence "magistrats et politique", avec Eric Alt, magistrat, vice-président d'Anticor et Olivier Tort, historien. Péniche Alternat, 4 quai Jean-Pierre Timbaud, à Juvisy-sur-Orge.

 
Samedi 11 mars 2017

De 10h30 à 12h, rendez-vous citoyens avec les élus municipaux d'opposition. Salle Berlioz.

 
Mercredi 15 mars 2017

A 20h: commission municipale des finances et du personnel.

 
Jeudi 16 mars 2017

A 20h30, assemblée générale de l'association CIRCULE (Comité d'Initiative pour le Rassemblement et la Concertation des Usagers de la ligne C en Essonne)

 
Lundi 27 mars 2017

Réunion du conseil municipal à 20h30, à l'Hotel de Ville. La séance est publique !

 
Votre avis m'intéresse !

Elections présidentielles - 23 avril / 7 mai 2017 - Vos interrogations et vos souhaits ?

Qui est en ligne ?
Nous avons 5 invités en ligne

Conseil municipal du 20 février 2017 : Une (mauvaise) « orientation » budgétaire déjà ficelée

Chaque année avant le vote du budget le maire doit organiser un débat d’orientation budgétaire en conseil municipal. Un récent décret (24 juin 2016) précise le contenu du rapport qui doit être présenté. Le Conseil municipal était donc convoqué ce 20 février, avec ce seul point à l’ordre du jour. Faute d’une réunion préalable de la commission des finances, nous avons reçu mercredi dernier 94 pages de documents comprenant trois parties :

-une analyse par le cabinet privé FCL du projet de loi de finances pour 2017, adoptée en première lecture par l’Assemblée nationale en novembre dernier. Nous aurions quand même pu avoir une analyse de la loi de finance définitive adoptée par le Parlement fin décembre !

- sur une dizaine de pages, plusieurs tableaux présentant très schématiquement divers indicateurs financiers de 2000 à 2015 concernant la ville (en € par habitant), comparés à la moyenne de la strate de toutes les villes françaises de 20 000 à 50 000 habitants et à la moyenne d’un panel de 54 communes de 20 à 35 000 habitants situées en Île-de-France.

 

 

Premier budget encourageant de la régie publique de l’eau de Cœur d’Essonne Agglomération

Le conseil d'administration de la nouvelle régie publique pour l'eau potable de Cœur d'Essonne Agglomération a adopté le 31 janvier son premier budget de la régie. Un budget qui, tout en prévoyant un programme important de travaux d'entretien et de renouvellement des réseaux, se traduit par une économie substantielle pour les usagers du Val d'Orge. Vous trouverez ci-dessous l’intégralité du communiqué très complet publié par l’association AggleauPublique pour saluer cet événement qui marque une rupture salutaire après des décennies de soumission à la surfacturation du service d'eau potable par les multinationales de l'eau.

« Le 31 janvier 2017, le conseil d'administration de la nouvelle Régie publique d'eau potable de Cœur d'Essonne Agglomération s'est réuni avec à son ordre du jour le vote de son premier budget annuel. C'est en effet le 1er mai prochain que cette Régie publique prendra le relais des multinationales Suez et Veolia pour distribuer l'eau potable des 130.000 habitants et des entreprises des 10 communes de l'ex Agglo du Val d'Orge.

 

 

Conseil municipal 31 janvier 2017 (2e partie) : une agglo bien lointaine...

Le Code Général des Collectivités Territoriales (article L.5211-39) dispose que le Président d'un Établissement Public de Coopération Intercommunale doit adresser chaque année, avant le 30 septembre, au maire de chaque commune membre, un rapport retraçant l'activité de l'établissement, accompagné du Compte Administratif arrêté par l'organe délibérant de l'établissement. Mais comme je l'ai indiqué à différentes reprises, l'Agglo fonctionne en cercle très fermé autour des seuls maires, et l'information en direction des conseils municipaux n'est visiblement pas la priorité. Ainsi le rapport d’activité de la communauté d’agglomération du Val d'Orge pour l’année 2015 nous a été présenté une nouvelle fois hors délai lors du Conseil municipal du 31 janvier 2017. Le maire a mis ce retard sur le compte des fonctionnaires de l'agglo très occupés tout au long de l'année 2016 sur la mise en place de la nouvelle agglomération Cœur d'Essonne. Passons…

Nous avons donc eu droit à la présentation bâclée et monotone d'un power-point résumant le document que vous pouvez consulter ICI. J'ai interpellé le Maire sur trois points :

 

 

Conseil municipal du 31 janvier 2017 (3e partie) : Un rapport Egalité Femmes- Hommes bâclé

Les articles 61 et 67 de la loi du 4 août 2014 sur l’égalité réelle entre les femmes et les hommes prescrivent aux communes de plus de 20 000 habitants d’élaborer chaque année un rapport sur la situation en matière d’égalité Femmes – Hommes préalablement aux débats sur le projet de budget. Ce rapport doit se composer de deux parties : Un bilan des actions conduites au titre des ressources humaines de la commune et un bilan des politiques publiques mises en œuvre sur le territoire pour favoriser l’égalité Femmes – Hommes. Ce premier exercice a été un peu chaotique et bâclé. Tout d’abord le document (20 pages en couleur) n’a fait l’objet que d’une transmission électronique aux élu-e-s. Peu l’ont ouvert et très peu l’avait donc imprimé pour s’en imprégner. De plus le sujet avait été placé en dernier point à examiner, après 22h30…

Mme Astier, maire adjointe en charge de la parité Femme – Homme, s’est contentée de la lecture d’une brève note de présentation rappelant quelques chiffres clés de l’édition 2016 du fascicule « vers l’égalité réelle entre les femmes et les hommes », édité par le ministère des Familles, de l’Enfance et des Droits des Femmes et précisant le cadre juridique de ce rapport. Elle a pris soin d’indiquer que celui-ci, « premier du genre », n’était « sans doute pas exhaustif sur le sujet, mais il dresse un constat à un instant donné, point de départ d’une analyse qui pourra être plus poussée d’année en année et conduire à de nouvelles actions en faveur des femmes de la commune et des femmes qui œuvrent pour la commune au sein de notre collectivité ». C’était une précaution très utile pour ceux qui avaient pris la peine de lire attentivement le rapport. Mais ce fut surtout un alibi consternant pour une assemblée totalement silencieuse (endormie ?) incapable de se saisir des remarques présentées et des questions posées par Françoise Poli et moi-même. Reprenons quelques points de ce rapport :

 

 

Conseil municipal du 31 janvier 2017 (1ere partie) : Une séance de transition

La réunion du conseil municipal du 31 janvier avait un parfum de transition pas tout à fait assumée. Visiblement le maire entend tenir le gouvernail jusqu’au bout avant de passer le témoin à sa première adjointe, davantage attentive à l’écran de son ordinateur portable qu’aux débats qui ne semblaient guère la concerner. 16 dossiers étaient inscrits à l’ordre du jour. J’aborderai dans cette première partie les différentes délibérations votées et je reviendrai dans un second temps sur la présentation de deux rapports, l’un sur l’activité de la communauté d’agglomération du Val d’Orge en 2015, l’autre sur la situation en matière d’égalité femmes/hommes à St Michel.

En préambule, le maire nous a enfin soumis l’approbation des procès-verbaux des séances du 26 septembre et du 14 novembre 2016, le procès verbal de la séance du 12 décembre n’étant pas encore rédigé ! L’occasion pour moi de rappeler au maire qu’il indiquait dans le compte-rendu de la séance du 26 septembre que l’encaissement des loyers dus par la SARL 2A pour le commerce, 1 place Marcel Carné, devait « rentrer dans l’ordre… au plus tard en juin ». Or après un nouveau changement d’enseigne en novembre, l’établissement est de nouveau fermé. Le maire a promis de nous communiquer « prochainement » le montant des sommes encaissées par la ville, ce qu’il reste du et le devenir du bail qui a été signé suite à la délibération du 17 novembre 2014. De même, j’ai rappelé au maire qu’après nous avoir indiqué (PV du Conseil municipal du 27 juin) que la charte d’amitié avec la ville de Taïpas (Portugal) serait communiquée aux élu-e-s, il avait bien pris note dans le PV du 14 novembre, de notre rappel et assurait : « elle sera envoyée ». Ne l’ayant toujours pas reçue, le maire a cette fois si promis qu’elle nous serait envoyée « dans les 72 heures, même s’il ne pouvait pas nous confirmer à quelle heure ! ». Il ajoute même un peu d'humour. Ces deux rappels sont loin d’être anecdotiques. Ces deux exemples illustrent en effet le mépris avec lequel est traitée l’opposition. A chaque séance, la plupart de nos questions restent sans réponse et les promesses de transmission de documents sont rarement tenues…