Get Adobe Flash player
Agenda
Vendredi 30 juin 2017

A 8h30: Réunion spécifique du conseil municipal à l'Hôtel de Ville pour l'élection de 9 grands électeurs suppléants pour les élections sénatoriales du 24 septembre 2017.

 
Mercredi 5 juillet 2017

A 20h: Commission municipale des finances.

 
Mercredi 12 juillet 2017

A 20h30: Conseil municipal à l'Hôtel de Ville. Les séances sont publiques !

 
Samedi 9 et dimanche 10 septembre 2017

Fêtes des associations, dans la vallée de l'Orge.

 
15, 16 et 17 septembre 2017

Fête de l'Humanité. Le programme est ICI

 
Votre avis m'intéresse !

Avec les élections législatives se termine un long cycle électoral commencé il y a près d'un an avec les primaires de la droite. Quelles leçons tirez-vous de ces différents scrutins qui ont transformé le paysage politique ?

Qui est en ligne ?
Nous avons 1 invité en ligne

Résultats du 2e tour de l'élection législative à St Michel sur Orge

Inscrits : 12 370

Votants : 5 293 (42,79%)

Blancs : 319

Nuls : 122

Exprimés : 4 852

Pierre-Alain Raphan (la République en Marche) : 2 631 (54,23%)

Charlotte Girard (la France Insoumise) : 2 221 (45,77%)

Retrouvez ICI les résultats complets au niveau de la 10e circonscription

 

Résultat du 1er tour des élections législatives - St Michel sur Orge - 11 juin 2017

Inscrits : 12 370

Votants : 6 148 (49,70%)

Blancs : 77

Nuls : 36

Exprimés : 6 035

Marianne Hardy (Union Populaire Républicaine) : 56 (0,93%)

Lucie Dedi (Front National): 653 (10,82%)

Marianne Duranton (UDI-LR) : 911 (15,10%)

Malek Boutih (Parti socialiste) : 577 (9,56%)

Valérie Fleury (Debout la France) : 191 (3,16%)

Chantal Duboulay (Lutte Ouvrière) : 68 (1,13%)

Pierre-Alain Raphan (la République en marche) : 1 760 (29,16%)

Isabelle Catrain (Europe Ecologie les Verts) : 467 (7,74%)

Charlotte Girard (la France Insoumise) : 1 085 (17,98%)

Philippe Rio (Parti communiste) : 267 (4,42%)

 

 

 

Conseil municipal du 29 mai 2017 : Première fissure dans la majorité

Sophie Rigault présidait sa première séance du Conseil municipal avec un ordre du jour au contenu conséquent, contrairement au spectacle donné lors de son intronisation (Lire ICI). Notons tout d'abord, avec satisfaction, une réelle évolution dans le déroulement de la séance. Certes, il y a eu quelques « couacs » sur la forme. Mais je retiens surtout une séance plus apaisée, bien loin des crispations et du mépris que nous avons du subir ces dernières années avec M. Zunino. Même si elle demeure un peu fermée dans ses réponses, Sophie Rigault a laissé l'opposition s'exprimer. Les débats gagnent donc en qualité et en sérénité. C'est essentiel pour défendre l'intérêt général de la ville et de ses habitants, bien au dessus des querelles électoralistes savamment entretenues ici et là par certains appareils politiques…

Un deuxième élément doit également être mentionné : L'un des conseillers municipaux, élu sur la liste de la droite, quitte le groupe de la majorité. Il s'agit du benjamin de l'assemblée Clément Jehanno. Une prise de distance dont les raisons à cette étape n'ont pas été précisées. Mais cette volonté d'indépendance s'est néanmoins traduite par plusieurs votes. Une première fissure dans la majorité apparaît donc, avec également quelques votes différenciés d'autres élu-e-s au sein de la droite. La fin sans doute d’un bel unanimisme...

 

 

Olivier Léonhardt se trompe d’élection !

J’ai reçu il y a quelques jours dans ma boite aux lettres, comme tous les Saint-Michellois (et je suppose tous les « Cœur-essonniens » !) un courrier sous enveloppe d’Olivier Léonhardt, président de Cœur d’Essonne Agglomération et maire de Sainte-Geneviève-des-Bois. Dans cette lettre, comme pour justifier son engagement en tant que suppléant du député sortant, Olivier Léonardt vante avec un aplomb incroyable « le travail complémentaire » qu’il a mené avec Malek Boutih « pour les 4 communes de notre agglomération qui font partie de la 10e circonscription ». J’ai plutôt perçu de mon coté des mauvais coups du député pour nos communes. Pendant 5 ans, en soutenant les budgets présentés par les gouvernements Ayrault et Valls, Malek Boutih a en fait cautionner, non seulement les politiques d’austérité et de démantèlement des services publics, mais aussi les baisses drastiques des dotations versées aux communes et aux intercommunalités. Olivier Léonhardt a même fait voter par son conseil municipal et par le conseil communautaire des motions émanant notamment de l’Association des Maires de France pour dénoncer ces décisions et demander un moratoire. Il en a même fait la raison principale pour justifier la hausse des taux des impôts locaux à Sainte-Geneviève-des-Bois en 2016. Sur cet aspect, nous sommes donc très loin d’un travail complémentaire, sauf si ce n’est que du double langage !

L’autre exemple donné par Olivier Léonhardt est encore plus étonnant : Malek Boutih aurait eu un « engagement décisif » auprès du Premier ministre pour empêcher la fusion du Val d’Orge dans le «  Grand Evry ». Rappelons les faits :

 

 

 

Election législative, 10e circonscription : Recomposition – décomposition - confusion !

Il y aura donc 10 candidats à l’élection législative dans la 10e circonscription qui regroupe les villes de Fleury-Mérogis, Grigny, Morsang-sur-Orge, Sainte-Geneviève-des-Bois et Saint-Michel sur Orge. C’est beaucoup, mais c’est aussi moins que dans les 9 autres circonscriptions de l’Essonne. (Voir ICI le détail) Dans cette période de recomposition politicienne autour du Président de la République et de son Premier ministre de droite, de nombreux citoyens sont un peu perdus après la débâcle des deux partis (PS et droite) qui monopolisaient tous les pouvoirs depuis le début de la V République en 1958. Les interrogations sont importantes quand on voit le triste spectacle des retournements de veste, coups de poignard dans le dos et autres zigzags stratégiques ou contorsions programmatiques de nombreux candidats. Un petit tour d’horizon des principales candidatures (je n'évoque pas celle de Lutte ouvrière et une autre non identifiée) s’impose dans notre circonscription :

- A l’extrême droite, le Front National présente une parfaite inconnue. Mme le Pen a obtenu 16,89% au premier tour de la présidentielle, puis 27,87%, très en deçà de son faible score national. Le FN devrait être (et c’est tant mieux !) en dessous de son score de 15,58% aux législatives de 2012. Le parti est en plein doute et les règlements de comptes commencent. Contestée et fragilisée par des orientations politiques démagogiques, inapplicables et bien souvent contradictoires, le FN avance à reculons dans cette élection. Une campagne à minima, avec quelques slogans en guise de programme et sans stratégie, si ce n’est une opposition systématique pour nourrir encore davantage les peurs. Détestable !