Get Adobe Flash player
Agenda
Jeudi 20 décembre 2018

A 20h30: Conseil municipal à l'Hôtel de Ville. Les séances sont publiques !

-

 
Dimanche 6 janvier 2019

Voeux des élu-e-s du groupe Saint-Michel en commun / Alternative citoyenne à 11h, salle Berlioz.

-

 
Votre avis m'intéresse !

C'est l'automne ! Même les feuilles d'impôts tombent... Pour cette année 2018, quelle est l'évolution de votre taxe foncière et/ou de votre taxe d'habitation ?

Qui est en ligne ?
Nous avons 23 invités en ligne

Conseil de quartier à Saint-Michel-sur-Orge : la majorité amnésique ?

Avec un aplomb déconcertant, la majorité municipale évoque les conseils de quartier dans sa tribune publiée dans le journal « Saint-Michel-ma-Ville » du mois de décembre 2018. Faisant visiblement table rase du torpillage de ces instances depuis 10 ans, le groupe de la majorité municipale nous fait miroiter des lendemains participatifs et démocratiques radieux. On peut lire pêle-mêle que les conseils de quartier « constituent des outils de démocratie au service des habitants », qu’il « est nécessaire de donner la parole aux citoyens », qu’ils « serviront à éclairer sur les grands projets en cours et à venir » qu’il « permettront d’expliquer les décisions prises par les élus, mais aussi de faire remonter les problématiques du quotidien »… Revenons donc à la genèse et le fonctionnement des Conseils de quartier dans notre ville, puis examinons sérieusement les conditions dans lesquelles cette « relance » s’effectue !

 

 

Courriels restés sans réponse (nouvelle mise à jour !)

Les élu-e-s de notre groupe Saint-Michel en commun au Conseil municipal se situe très clairement depuis le début de ce mandat dans une opposition constructive. Ce positionnement pragmatique se traduit par une présence très régulière à toutes les réunions auxquelles nous sommes conviés, un examen précis des dossiers municipaux avant toute prise de position et l’interpellation du maire quand nous avons besoin de précisions et/ou de documents, notamment à la suite de discussions avec les habitants lors de notre « rendez-vous citoyen » mensuel ou tout simplement à l’occasion de rencontres. Malheureusement, le maire a pris la fâcheuse habitude de ne pas répondre à nos courriels, voir même semble-t-il de les dénigrer auprès des services municipaux. Un drôle de conception de la démocratie et une opacité qui laisse planer beaucoup de doutes sur l’action de la municipalité. Pourquoi ce mépris à notre encontre ? La municipalité aurait-elle des choses à cacher ? Pour une totale transparence, je publie ci-dessous les principaux courriels adressés (poliment) à Sophie Rigault, son directeur et sa chef de cabinet depuis le mois de septembre et qui à ce jour, n’ont pas reçu la moindre réponse.


 

Conseil municipal du 15 novembre 2018 (3e partie) : Attentisme sur la collecte (déficiente) des déchets

Suite à notre interpellation lors du dernier Conseil municipal, le maire avait enfin consenti à inscrire à l’ordre du jour de cette séance le règlement sur la collecte des déchets ménagers sur le territoire de Cœur d'Essonne Agglomération, déjà adopté par le Conseil communautaire le 30 juin dernier, dans la quasi indifférence générale. Pourtant ce document est important : Il est expressément prévu dans le Code général des Collectivités Territoriales et doit être obligatoirement porté à la connaissance des habitants. Mais surtout il doit faire l’objet d’une transcription par arrêté municipal. En effet, même si la compétence sur l’organisation de la collecte a été transférée à l’agglomération, les maires (y compris celui de Saint-Michel-sur-Orge) ont conservé les pouvoirs de police en matière de déchets pour l’application des dispositions du règlement de collecte. C’est donc bien à eux d’agir pour la bonne organisation de la collecte des déchets, qui est essentielle pour assurer aussi la propreté dans une ville !

 

 

Conseil municipal du 15 novembre 2018 (4e partie) : les opportunes conversions écologiques ambiguës du maire

Je termine le compte-rendu de cette séance du Conseil municipal avec la présentation de deux motions déposées par les élu-e-s Europe Ecologie Les Verts.

La première motion concernait l’appel « nous voulons des coquelicots » qui milite pour l’interdiction de tous les pesticides de synthèse et pour lequel notre groupe s’est engagé dès sa publication, à travers notamment le lancement du rendez-vous des signataires, le premier vendredi de chaque mois devant l’Hôtel de Ville. Initialement présentée au Conseil municipal du 4 octobre, le maire n’avait pas jugé bon d’y adhérer. Puis elle avait opportunément récupérer l’idée en indiquant dans le Saint-Michel-ma-Ville de novembre qu’elle s’engageait à présenter ce vœu au prochain Conseil municipal. Voici donc le texte voté, avec en gras l’amendement de forme et le rajout que notre groupe à proposer pour formaliser davantage l’engagement concret du Conseil municipal. Le maire n’a pas jugé utile de retenir, mais s’est engagée oralement à sa diffusion auprès des Saint-Michellois.

 

 

Conseil municipal du 15 novembre 2018 (2e partie) : des relations inconsistantes avec l’agglomération

J’aborde dans cette deuxième partie du compte-rendu du Conseil municipal quatre délibérations concernant les relations entre la ville et Cœur d’Essonne Agglomération. On se souvient qu’après avoir poussé vers la sortie Bernard Zunino, Sophie Rigault a tenté en vain de le remplacer à la vice-présidence de l’agglomération. Un lourd échec personnel qui a malheureusement des conséquences dans la prise en compte des intérêts de notre ville et des habitants au sein de l’agglomération. Ayant finalement un statut "d'invitée" au bureau communautaire, l’arrogance du maire choque bon nombre de ses collègues, son implication aléatoire agace, son absence de travail sur les dossiers irrite. Bref, la ville s’isole un peu et ne contribue plus à faire émerger des dossiers communautaires pour la commune. Il a fallu rajouter 200 000 € pris sur le budget de la ville pour que l’agglo prenne en charge différents travaux de voirie (par toujours bien faits d’ailleurs), alors qu’elle les finance entièrement dans d’autres communes… Les quatre délibérations suivantes illustrent, chacune à leur manière, les insuffisances des relations entre notre ville et l’agglomération.