Get Adobe Flash player

Agglo du Val d’Orge - 2 décembre 2015 : la dernière séance (deuxième partie)

Je reprends le fil de mon compte-rendu. Quarante et un points étaient inscrits à l’ordre du jour de cette dernière séance pour l’Agglo du Val d’Orge. Je vous restitue les principaux éléments des débats, qu’avec mon collègue David Ammar, nous avons presque exclusivement animés. La quasi-totalité des conseillers communautaires ne sont pas intervenus. Et les vice-présidents ont tous fait le service minimum, en se contentant pour la plupart de présenter les dossiers dont ils avaient été nommés rapporteur. Du côté des représentants de Saint Michel : Bernard Zunino est resté totalement silencieux tout au long de la séance. Mlle Rigault était une nouvelle fois absente. C’était la 7e fois sur 13 séances plénières depuis le début du mandat, et pratiquement aucune présence dans la seule commission (logement urbanisme) à laquelle elle était inscrite. Mais elle perçoit quand même chaque mois « ses » 203,83 € net d’indemnités. Il est grand temps que la loi conditionne le versement des indemnités à la présences effectives des élu-e-s !

Dès l’examen du procès-verbal de la séance précédente, j’ai interpellé le Président de l’Agglo sur les suites données à la motion que nous avions adoptée le 30 septembre pour demander à l’Etat « le transfert intégral et immédiat de la propriété des terrains de l’ex-base aérienne au profit de l’agglomération ». J’ai bien fait, car ma question nous a permis d’apprendre que la signature pour l’acte de vente des 300 ha à l’euro symbolique était fixée pour ce vendredi 4 décembre à 16h à la préfecture de l’Essonne. Autrement, comme nombre de décisions, nous l’aurions appris en lisant le journal de l’Agglo…

 

 

Agglo du Val d’Orge - 2 décembre 2015 : la dernière séance (première partie)

Comme je vous l’avais déjà indiqué, la dernière réunion du Conseil Communautaire de l’Agglomération du Val d’Orge s’est tenue le 2 décembre. Au 1er janvier 2016, le Val d’Orge fusionne avec 11 des 14 communes de l’Arpajonnais pour former Cœur d’Essonne Agglomération. Je vais donc faire ici, comme je m’y suis astreint depuis mon élection en mars 2014, le compte-rendu de cette dernière séance pour le Val d’Orge, qui était aussi la dernière séance pour moi, car le changement du nombre de représentants par ville fait que j’en suis exclu. Perturbé, par quelques problèmes informatiques (mon adresse @gmail a été piratée) et assez accaparé en ce moment par mon activité professionnelle (je ne suis pas un politicien à plein temps !) je vais donc vous raconter tout ça en deux parties.

Ce soir je vous communique deux déclarations. La première émane des représentants de l’intersyndicale CFDT-CGT des employés de l’Agglo du Val d’Orge. La seconde est la brève intervention que j’ai lue en toute fin de séance pour tirer ma révérence. Dans quelques jours, je mettrais en ligne la deuxième partie de ce compte-rendu qui détaillera les différents débats initiés et portés quasi exclusivement par David Ammar (élu de Morsang) et moi…

 

 

Face à l’horreur le tout sécuritaire ne suffira jamais

Je suis resté quelques jours silencieux sur ce blog. Je n’arrivais pas à trouver les mots justes et tout le fil conducteur pour un raisonnement lucide, tant ma colère était grande, mon dégout important et ma détermination un peu ébranlée face à l’horreur du massacre du 13 novembre à Paris. Tout se bouscule dans ma tête entre les causes connues et rabâchée depuis des années, et ceux qui par cynisme détournent le regard et disent faire bloc, tout en gardant un œil pervers pour rebondir politiquement à travers ce qui n’est bien souvent que des postures convenues. Et que dire à mes enfants ( à tous nos enfants !) que je dois aider à grandir dans ce monde aussi imparfait où le fanatisme, le terrorisme, les guerres, la misère, les injustices, le racisme, les pollutions sont devenus le quotidien auquel on finit par s’habituer, une fois l’émotion passée. Et cet engagement militant qui depuis des années fait ma vie interroge… Tout ça, pour ça, « on » y arrivera jamais !

 

 

 

RESISTER FACE A LA BARBARIE !

La barbarie a encore frappé cette nuit en plein cœur de Paris. Pensées émues pour toutes les victimes innocentes et les familles endeuillées. Solidarité avec les forces de l'ordre.

Ne rien lâcher face au terrorisme !

Mais aussi veiller à ne pas s’abandonner à la vindicte. Chacun doit conserver sa capacité de discernement. Résistons à la haine et à la peur que les assassins veulent incruster en nous.

 

Pour un droit du travail protecteur des salarié-e-s

Lundi 9 novembre à la Bourse du travail de Paris, près de deux cents personnes ont répondu à l’appel de la Fondation Copernic et de l’intersyndicale nationale CGT, FSU, Solidaires et CFTC de l’inspection du travail, afin de poser les jalons d’une riposte au rapport de Jean-Denis Combrexelle (ancien Directeur général du travail), missionné par MM Valls et Macron, qui vise à démanteler le Code du Travail. Un bombardement médiatique de plusieurs mois (avec une accumulation de « rapports » qui tous se donnent la main pour taper sur le même clou) a précédé la publication de ce rapport destiné à jeter les bases d’une réécriture du Code du travail. Celui-ci serait devenu tellement lourd et « complexe » (dit le dossier de presse de la Ministre du travail Myriam El Khomri) que les salariés seraient maintenant insécurisés, angoissés, à l’idée de s’en servir. Les patrons seraient bien sûr « découragés » à embaucher…

Le gouvernement semble vouloir aller encore plus vite que Combrexelle ! Si celui-ci préconise une loi dès 2016 pour remettre à plat la négociation collective sur l’emploi, les salaires et les conditions de travail, avec dérogations à l’appui, et ensuite de réécrire le Code du travail en quatre ans, Manuel Valls et la ministre El Khomri ramènent cet échéancier à deux ans ! Il est donc décisif de réagir au plus vite.

 

 

Conseil Municipal du 2 novembre 2015 : Une séance expéditive

En l'absence du Maire (en convalescence suite à une opération), la réunion du Conseil municipal était présidée par la Première adjointe, Sophie Rigault. Aux onze points inscrits à l'ordre du jour, on trouva sur table le rajout d'une motion sur les effectifs du commissariat de police et une note d'information sur la direction du Conservatoire de musique. En préambule, l'approbation des procès-verbaux des séances du 21 mai et du 8 juillet nous était soumis (celui du 29 juin semble être passé aux oubliettes et celui du 21 septembre n'était pas encore rédigé !). Avec mes collègues Françoise Poli et Arnold Stassinet nous nous sommes de nouveau abstenus, les comptes-rendus ne retranscrivant que très partiellement le contenu des échanges…

Voyons chronologiquement les différents points abordés :

 

 

Sarkozy et Hollande sont co-responsables de la montée du FN !

Nouveau coup de « com » pour Marine Le Pen qui fait plusieurs jours la « Une » de la médiacratie avec cette (petite) histoire qui s’est terminée hier soir par l’annulation de l’émission de télé « Des paroles et des actes », avec ce matin de nombreux commentaires dans les journaux et sur les réseaux sociaux. C’est tout bénéfice pour le Front National ! Passons d’abord sur l'incompétence de Pujadas et la totale naïveté de France 2, chaine du service public, même si ceci n’a plus beaucoup de sens aujourd’hui. Le plus important, et le plus grave, à signaler aujourd’hui est bien cette co-responsabilité de François Hollande et Nicolas Sarkozy, peu importe l’ordre, à positionner Marine Le Pen au centre du « jeu » politique.

Qu’est-ce qui a donc pris le Premier secrétaire du Parti « socialiste », Jean-Christophe Cambadélis d’appeler le Président du parti « les Républicains » (ex-UMP), Nicolas Sarkozy pour convenir ensemble de saisir le Conseil supérieur de l’audiovisuel pour fustiger l’invitation de Mme Le Pen, à l’émission « Des paroles et des actes  », et vouloir imposer à tout prix l’ajout d’un débat avec les têtes de liste PS et UMP dans la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie ?


 

 

COP 21 : danger climatique !

Depuis quelques mois déjà, la Cop 21 est sur toutes les lèvres. L’événement aura lieu du 30 novembre au 11 décembre au Bourget. Dans le jargon onusien, une « Cop » (« Conference of the parties », en anglais) est une conférence annuelle internationale sur le climat sous l’égide l’Organisation des Nations Unies (ONU). Ce sont des négociations qui visent à ratifier un accord afin que les 195 Etats signataires de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC), adoptée en 1992, à Rio, lors du sommet de la Terre, réduisent leurs émissions de gaz à effet de serre, responsables des changements climatiques.

Des négociations entre les gouvernements sont en cours. Mais à quelques semaines de l’ouverture de la conférence, le texte est vide d’engagements et n’est pas à la mesure du défi climatique. Pour vous résumer la situation, je vous livre ci-dessous le texte de Maxime Combe. Economiste et membre d’Attac, il estime notamment que si rien ne bouge fortement, la seule voie est de rejeter clairement ce texte parce qu’il n’est pas à la hauteur des enjeux.

 

 

 

Lettre ouverte à la section du PS de St Michel sur Orge

Vous trouverez ci-dessous le courriel que je viens d’adresser aux responsables de la section du Parti Socialiste de Saint Michel sur Orge. Bien évidemment je ne manquerai pas de mettre en ligne la réponse... si une réponse m’est adressée !

Monsieur le secrétaire de la section PS de St Michel,

J'ai vu les affiches collées à St Michel, appelant à se prononcer par référendum du 16 et 18 octobre pour l'unité de la Gauche pour les élections régionales. Outre le fait que je trouve paradoxal la mise en œuvre de cette procédure du référendum par un parti qui a bafoué en 2005 le résultat clairement exprimé par la majorité du peuple français lors du dernier référendum organisé dans notre pays, je souhaite vous faire part, comme citoyen et militant politique de Gauche, de plusieurs interrogations.

Un référendum pour qui et pour quoi ?
A ma connaissance, la gauche ne se résume pas au PS et à quelques groupes se réclamant de l'écologie. Je suppose donc que vous vous adressez aussi aux militants de toutes les forces politiques de la Gauche et plus globalement à tous les citoyens se situant à Gauche.
Or ce référendum a été décidé sans aucun débat préalable, même en interne chez vous. Je considère que quand on veut l’unité, on commence par ouvrir une discussion, on propose des rapprochements de points de vue, on explique aux gens le contenu concret qu'on veut donner à cette unité.

 

 

Conseil d’agglo du 30 septembre : interrogations !

Malgré un ordre du jour toujours copieux, sur le papier, l’essentiel de cette séance a été consacrée à un point qui n’était pas initialement inscrit : Le devenir des terrains de l’ex base aérienne 217 de Brétigny. Dans la continuité d’une visite « événementielle » organisée le 19 septembre dernier, nous avons eu droit à une présentation du plan guide d’aménagement et de développement de la base aérienne par l’architecte urbaniste Djamel Klouche. Un projet grandiose sur 750 hectares, mais non chiffré, autour de six pôles :

- Une aire de développement mixte high-tech, recherche développement, service et commerce. Un pôle multimodal majeur connecté avec un téléphérique urbain.

- La piste conservée comme équipement multiple et public pour des programmations de loisirs, sport, culture et grands événements.

- Un parc d’activité multifonctionnel et urbain.

 

 

 

 

Accueil des nouveaux Saint-Michellois : un petit cru !

Je me suis invité ce samedi 26 septembre à la matinée d’accueil des nouveaux habitants, organisée par la municipalité. J’avais noté la date en dernière page du journal municipal du mois de septembre et j’avais trouvé l’heure et le lieu du rendez-vous en consultant le site internet de la ville. En effet, comme pour un grand nombre de manifestations organisées par la municipalité avec l’argent public (remise des médailles du travail, concours des balcons et jardins fleuris, pour ne citer que les dernières en date), les élus de l’opposition ne sont pas conviés. La droite étaient presque au complet autour de son maire. Pas moins de 11 élus, sans compter le directeur de cabinet, un photographe, le chauffeur de bus et deux ou trois agents communaux mobilisés pour l’intendance. Mais en face je n’ai compté qu’une petite dizaine de nouveaux habitants dont quatre ou cinq enfants. Visiblement, ce n’était pas du tout ce qui était prévu, si j’en crois la consistance du petit déjeuner qui nous attendait à 10h et du cocktail qui était offert à la fin avec deux petits sacs de documents pour chacun et dont plusieurs n’ont pas trouvé preneur. Il y a du avoir un bug quelque part dans la préparation de cette manifestation…