Get Adobe Flash player

Prélude aux vœux du maire de St Michel

Monsieur le Maire va donc nous présenter ses vœux ce vendredi 20 janvier 2017. Une cérémonie d'autant plus attendues cette année qu'elle devrait être la dernière pour Bernard Zunino qui a annoncé en décembre sa décision de démissionner de son mandat de maire (Lire ICI). Pas sur pourtant que l'on en sache davantage sur l'organisation de la suite. Même si le passage de témoin fin mars, après le vote du budget, semble avoir été bien acté avec Sophie Rigault, rien ne filtre sur la nouvelle organisation au sein de la municipalité. Qui par exemple sera premier adjoint ? La logique voudrait que ce soit Joseph Delpic. Mais celui-ci ne fait pas l'unanimité. Respectueux des élu-e-s de l'opposition, attentif et à l'écoute des habitants, pragmatique sur la défense de l'intérêt général, celui-ci ne serait pas jugé assez fiable par certains… Autre point d'interrogation, la place et le rôle de Bernard Zunino qui veut à tout prix rester vice-président de l'agglomération (Sophie Rigault considère qu'elle doit prendre la place) et adjoint au maire avec une délégation importante (urbanisme, aménagement, commerce ?). Pour ma part, je n'attends rien de particulier sur ce rafistolage politicien chargé de conforter le pouvoir et les ambitions de Sophie Rigault. Mais nous jugerons aux actes…

 

 

Une primaire rabougrie et inutile

Faussement appelé « primaire de la gauche », le scrutin qui doit désigner le candidat du Parti socialiste s’est rétréci dans les mêmes proportions que la majorité présidentielle, empêtré dans ses contradictions et embarrassé par la radicalisation de Manuel Valls. Organisée les 22 et 29 janvier, la primaire de la « Belle alliance populaire » (ne pas ricaner, s’il vous plait !) a toujours été conçue comme une élection destinée à la mouvance socialiste, vaguement élargie à quelques supplétifs – appendices externes du PS, pour ne pas dire idiots utiles de ce dernier. Si devant les micros, certains hiérarques socialistes ont vaguement appelé Jean-Luc Mélenchon ou Emmanuel Macron à rejoindre leur petite sauterie, la réalité a toujours été autre. Dès le Conseil national du Parti socialiste du 2 octobre, les modalités d’organisation de ces primaires intitulées aussi « citoyennes » sont en effet apparues bien limitatives. Ainsi pouvait-on lire sur le site officiel du PS que cette primaire s’adressait à « l’ensemble des citoyens de gauche et des écologistes qui ne participent pas à la primaire des écologistes ou à l’orientation de Jean-Luc Mélenchon ». Comme on le voit, il s’agit d’une acception très limitée de ce qu’est l’électorat de gauche.

 

 

2017: L’année de tous les possibles

Le contexte dans lequel s'ouvre cette année 2017 est critique à tous les niveaux. On a rarement observé une telle conjonction d'instabilité mondiale, européenne et nationale, voir même locale sous certains aspects. À tous ces niveaux l'ancien ordre chancelle de manière de plus en plus visible mais les contours de la réalité d'après ne sont pas encore bien définis. Et pour cause! Quand les élites ne savent plus quoi faire, c'est aux citoyens de reprendre la main. Et singulièrement aux plus insoumis dont la créativité et le courage sont la chance des mondes en réinvention. À tous les niveaux des brèches historiques sont ainsi en train de s'ouvrir. Il n'y a aucune fatalité à ce que ce soit le pire qui s'y engouffre. Même si les dangers liés aux risques d'effondrements multiples se rapprochent.


 

 

Erreur sur le budget 2016 : Le maire fait porter le chapeau à l’administration

Lors du Conseil municipal du 12 décembre 2016 (lire ICI), je vous avais une nouvelle fois décrit comment le maire et sa première adjointe traitaient les différentes questions des élus de l’opposition. J’y reviens aujourd’hui car, à la veille de Noël, le maire a du concéder une erreur dans le budget. Pourtant en séance, il m’avait sèchement rembarré…

Le budget 2016 de la commune voté le 4 avril 2016 a fait l’objet de quatre décisions modificatives (DM). Lors de la dernière, présentée ce 12 décembre, nous avons vu apparaître en recettes d’investissement 254 074 € sur l’article 1323 concernant les subventions accordées par le Conseil départemental. Ces subventions concernaient quatre opérations de rénovation (sols thermoplastiques groupe scolaire Lamartine : 75 874 €, sols du gymnase René Rousseau : 36 066 €, éclairage du Stade Fayel : 95 200 € et éclairage du stade Noue Rousseau : 46 934 €) déjà présentées en juin 2015 dans le contrat de territoire signé avec la Conseil départemental et en avril 2016 dans le plan de relance des investissements institué par la Conseil départemental. Or, lors du vote initial du budget, nous avions déjà inscrit respectivement 51 500 €, 41 650 €, 53 550 € et 26 400 €. Au total nous arrivions à des niveaux de subventions considérables, qui pour la dernière opération dépassait même le montant de la dépense HT engagée !

 

 

Circulation et stationnement à St Michel : Circulez, y’a rien à voir !

Après quatre ans de mise en sommeil, trois réunions publiques des conseils de quartier se sont tenues les 7, 8 et 13 décembre 2016. Un seul point à l’ordre du jour : la restitution d’une étude sur la circulation et le stationnement. Rappelons tout d’abord que dans leur brochure « bilan à mi mandat 2008/2011 », diffusée en avril 2011 le maire et sa première adjointe annonçaient l'élaboration d'un "Plan Local de Déplacement incluant tous les points noirs relatifs au stationnement et au plan de circulation au sein de notre commune". Celui-ci n’a jamais vu le jour. Dans leur programme électoral de 2014 ils évoquaient "le lancement des assises du stationnement". Nouvelle promesse oubliée. Puis à l’automne 2015 une consultation était lancée pour la réalisation d’une étude de circulation et de stationnement. Il a fallu attendre le Conseil municipal du 4 avril 2016, pour être informé de l'attribution de ce marché à la société Transitec pour un montant forfaitaire de 30 775 € HT, avec une mission complémentaire fixée à 5000 € HT. Lors de cette même séance, le maire déclarait (page 5 du procès-verbal) que "les résultats de l'étude de circulation sur le quartier ancien devait être connu dans le mois à venir" et nous confirmait (page 25 du procès-verbal) "d'attendre la fin du mois, il y aura les résultats".

 

 

Conseil municipal du 12 décembre 2016 : Séance bâclée, opposition méprisée !

Ce dernier Conseil municipal de l'année a été conduit rapidement. Commencé à 20h40, le maire a levé la séance à 21h58. Certes, il n'y avait, comme c'est désormais l'habitude, qu'un minimum de questions à traiter (12 délibérations étaient soumises au vote), cependant plusieurs auraient mérité un examen plus approfondi. Mais le maire et sa première adjointe restent volontairement méprisants face aux questions ou demandes de précisions de l'opposition. Quand ils ne campent pas dans l'arrogance ils vont jusqu'à affirmer qu'ils n'ont même pas l'intention de nous répondre ou que de toute manière ils ne nous transmettrons pas tel ou tel document demandé. Du haut de leur suffisance, il y a quand même une fragilité importante sur le fond des dossiers, comme sur la pertinence des choix opérés. Je n'ai jamais prétendu que la droite avait tord sur tout et que l'opposition a forcément raison. Par contre je considère que c'est à partir d'une analyse des éléments complets d'un dossier et de la confrontation des points de vue que l'on peut sereinement décider au service de l'intérêt général. Du côté de la droite locale, l'intérêt général a plutôt tendance à être déterminé par les seuls avis et décisions du maire et de sa première adjointe.

 

 

 

Les dessous de la démission du maire de St Michel

Ainsi donc, les Saint-Michellois ont découvert dans leur boite aux lettres ce samedi 10 décembre la lettre du maire les informant de sa démission. Ce n’est pas une surprise pour moi. Avec mes collègues de l’opposition nous écrivions en effet ceci dans notre tribune publiée début octobre dans le journal municipal : « L'affaire est entendue. Dans les prochains mois Bernard Zunino va laisser le poste de maire à Sophie Rigault. Nous ne commenterons pas ici toutes les dissensions au sein de la droite locale qui précipitent ce changement à la tête de la municipalité, déjà effectif sur certains dossiers. En exfiltrant le maire actuel, qui « passe mal » dans la population, et dont plusieurs aspects de la gestion conduisent la ville dans le mur, un appareil politique tente de mettre la ville sous sa coupe. Une vaste opération médiatique d’enfumage va repeindre la ville en rose… »

Une première remarque cependant sur la forme et le moment. Alors que le journal municipal de décembre a été distribué il y a une semaine, pourquoi n’avoir pas profité de ce journal pour annoncer cette décision au lieu de faire imprimer un tract spécial qui a aussi un coût. Et qui une nouvelle fois sera payé par les contribuables déjà fortement ponctionnés avec les importantes hausses des impôts locaux !


 

 

Quelques éléments sur la primaire de la droite à St Michel sur Orge…

Volontairement spectateur des « primaires », organisées ici ou là par différents partis politiques pour désigner leur candidat pour les élections présidentielles, je n’en demeure pas moins un observateur attentif, car tout débat est par nature toujours instructif et tout ce qui sollicite un avis ou une implication des citoyens m’intéresse. Dans cette note vous trouverez une petite analyse des résultats de « la primaire de la droite et du centre » qui s’est déroulée les 20 et 27 novembre à Saint-Michel, avec quelques éléments de comparaison avec la primaire qu’avait organisé le Parti socialiste en octobre 2011.

Voyons d’abord le niveau de participation à Saint-Michel

Le scrutin était organisé dans quatre lieux. A l’école Jules Ferry, pour les bureaux de vote 1, 2, 3, 4 (toute la partie à l’ouest de la voie ferrée, du Boqueteau aux Glaises, soit environ 3759 électeurs - base inscrits lors des régionales de décembre 2015 ), à l’école Pablo Picasso, pour les bureaux 5, 6 et 7 (tout le secteur au nord de la rue de Ste Geneviève, le quartier Gambetta, et une partie du Bois des Roches, jusqu’à la rue de Liers, soit environ 2 757 électeurs), à la salle communale du Bois des Roches, pour les bureaux de vote 8,9 et 10 (partie nord - est du Bois des Roches, de l’allée Massenet, rue St Saens, rue Bizet à la rue de Brétigny, soit environ 2 488 électeurs), et à la salle des Genets, pour les bureaux 11,12,13 et 14 (tout le sud du Bois des Roches, avec la Fontaine de l’Orme et Villagexpo, soit environ 3 373 électeurs).

 

 

Prix de l’eau potable : un enjeu important pour Cœur d’Essonne Agglomération

Le Conseil d'administration de la nouvelle régie publique d'eau potable de Cœur d'Essonne Agglomération doit se réunir le 13 décembre prochain pour adopter le premier budget (exercice 2017) de la Régie. Ce budget est essentiel, car il est articuler sur la fixation du prix de l'eau qui sera distribuer à compter du 1er mai 2017, date historique de libération de 90 ans de soumission à Suez et Véolia, multinationales dominantes dans le secteur de l'eau. Les décisions qui seront prises pour cette tarification doivent répondre à l'attente d'une gestion sociale et environnementale de l'eau potable, en cohérence avec sa nature de bien commun universel, dont l'accès à tous doit être garanti pour tous. Les premières propositions de tarifs soumises au conseil d'administration le 18 octobre dernier ne paraissent pas à la hauteur de cet objectif. Même si les grosses incertitudes qui pèsent sur la qualité du réseau récupéré par la régie obligent à être prudent dans la baisse de tarif envisagée, il est possible de faire plus et mieux en matière de justice sociale, de différenciation entre le tarif du droit à l'eau et celui de la vente d'eau à des acteurs économiques à but lucratif.

Je reproduis ci-dessous la contre-proposition que vient d’adresser l’association Aggl’eau publique aux élus communautaires. Cela ne doit pas rester un débat en vase-clos. Les milliers de vald'orgiens qui sont prononcés il y a deux ans pour un passage à une gestion publique de l'eau potable, l'ont fait avec de fortes attentes en matière de transparence et de justice sociale.

 

 

 

Conseil Municipal du 14 novembre 2016 : Une séance expéditive et embarrassante

La législation (articles L. 2122-22 et L.2122-23 du Code Général des Collectivités Territoriales) prévoit la possibilité pour le Conseil municipal de déléguer certaines attributions au maire. A Saint-Michel, à travers deux délibérations depuis le début de ce mandat (le 11 avril 2014 et le 4 avril 2016), la droite a accordé au Maire le maximum d’attributions. Celui-ci peut donc prendre un maximum d’arrêtés dans de très nombreux domaines sans le moindre débat préalable. La loi prévoit uniquement que ces décisions prises font l’objet d’une information lors du Conseil municipal qui suit. Ainsi donc, le Conseil municipal voit ses ordres du jour de plus en plus réduits… et la liste des décisions prises par le Maire de plus en plus longue, sans que le contenu de celles-ci nous soit indiqué. Nous avons simplement la possibilité d’en prendre connaissance en prenant rendez-vous avec le secrétariat général, en amont du Conseil aux heures ouvrables. Si certaines décisions ne posent aucun problème et ne nécessitent pas forcément une procédure longue de présentation, débat et vote, nous constatons qu’un nombre de plus en plus important de ces décisions (avec des conséquences parfois importantes dans les domaines des finances et de l’urbanisme) relevaient précédemment d’une délibération formelle, avec présentation du dossier, débat et vote. Ainsi, la réunion du Conseil municipal de ce 14 novembre ne comportait que cinq questions inscrites à l’ordre du jour, avec pour chacune une note de synthèse présentée en commission la semaine précédente et un projet de délibération. Par contre nous avions pour information une longue liste de trente décisions prises par le maire. Vous trouverez donc ci-dessous l’essentiel de ce qui s’est dit dans ce conseil municipal express, débuté à 20h30 et clôturé moins d’une heure et demie plus tard, le maire plus méprisant que jamais esquivant une nouvelle fois la plupart des questions.

 

 

 

Messages au maire... restés sans réponse (2e édition)

Il y a deux mois (lire ICI) j’avais publié différents courriels adressés au maire de Saint Michel et restés sans réponse. Aujourd’hui encore, la plupart des sujets évoqués restent d’actualité. J’ai certes obtenu, après diverses relances, la communication de quelques documents. Mais pour l’essentiel l’opacité reste la marque de fabrique de cette municipalité. Il y a aussi ce silence méprisant sur des aspects très pratiques de vie quotidienne, lorsque je relaie au mieux des questionnements de différents habitants sur le cadre de vie (nuisances aériennes, implantation d’antenne relais, taggs, feux de poubelles, véhicules brûlés, dépôts sauvages d’encombrants, problèmes de stationnement, affaissement du talus de la voie ferrée, incivilités diverses…)

Vous trouverez ci-dessous l’intégralité des derniers messages adressés au maire, au nom de mon groupe, sur quatre dossiers pour lesquels la municipalité semble un peu engluée dans des contradictions et des silences qui deviennent un peu lourds...