Get Adobe Flash player

Conseil municipal du 7 février 2019 (2e partie) : Manque de suivi dans les dossiers !


Après la présentation du budget primitif pour 2019, j’aborde dans cet article l’adoption du procès-verbal de la séance du Conseil municipal du 4 octobre 2018 et le rapport d’activité 2017 de Cœur d’Essonne Agglomération. Ces deux aspects démontrent un réel manque d’implication et beaucoup d’approximation au sein de la majorité municipale. 8 membres de celle-ci étaient encore absents à cette séance. Au-delà de raisons sans doute légitimes pour certains d’entre eux, je note que deux conseillers municipaux élus en 2014 sont systématiquement absents depuis plusieurs années. Sans doute considèrent-ils qu’ils ne servent pas à grande chose dans ce système où le maire décide de tout ? Mais alors, la moindre des choses serait qu’ils démissionnent. Mais visiblement on les oblige à rester des conseillers « fantômes ». Il y a là, je crois, un certain manque de respect vis-à-vis des électeurs.

Même chose, envers l’assemblée. Alors que dans la moindre association on commence par adopter le procès-verbal de la réunion précédente, à Saint-Michel sur Orge, la municipalité laisse volontairement un grand décalage, qui rend beaucoup plus difficile le suivi des dossiers. Ainsi, pour cette séance de février 2019, nous devions approuver le procès-verbal du Conseil municipal du … 4 octobre 2018 ! Celui du 15 novembre était seulement distribué sur table et celui du 20 décembre toujours pas rédigé. En plus le maire n’accepte pas qu’on fasse en séance des remarques ou qu’on pose des questions sur le compte-rendu. Elle demande à ce que celles-ci lui soient communiquées par écrit en amont ! Cément Jéhanno, au nom de notre groupe, a quand même pu interpeller le maire sur plusieurs points figurant dans ce procès-verbal du 4 octobre :

- Qu’en est-il du courrier qui devait être rédigé par l’ensemble des maires de l’agglomération pour dénoncer la mauvaise qualité des prestations assurées par le SIREDOM pour la collecte du verre notamment ?

- Quand nous sera communiqué le rapport d’évaluation concernant la convention pour l’instruction des permis de construire par l’agglomération ? Cette communication avait été annoncée dans le procès-verbal de la séance du 15 février 2018 ! Nous en avons fait le rappel le 28 juin dernier et à ce jour nous n’en sommes toujours pas destinataire !

- Nous avons également demandé où en était l’élaboration de la charte sur le télétravail qui devait être finalisée dans un délai de 3 mois suite au vote de la délibération le 4 octobre dernier ?

- Quand nous sera transmis le bilan quantitatif et qualitatif des activités du club ado, demandé en octobre dernier ?

N’ayant obtenu aucune réponse précise sur ces différentes questions et compte-tenu des approximations concernant le contenu de nos interventions mentionnées dans ce procès-verbal, nous nous sommes abstenus.

Le rapport d'activité de Cœur d'Essonne Agglomération pour l'année 2017.

Ce document de 70 pages aurait dû être transmis à la ville au plus tard le 30 septembre 2018 pour un examen au Conseil municipal du mois d'octobre. Au-delà de ce retard très préjudiciable pour un suivi rigoureux du travail et des actions menées par l’agglomération, le maire nous a indiqué que nos questions devaient être adressées à l’agglomération. Pourtant bon nombre de celles-ci concernaient notre commune. Nous avons pu quand même en poser quatre questions :

- Page 20 du rapport, il est indiqué qu’en 2017 « l’Etat, Cœur d’Essonne Agglomération et la communauté d’agglomération Grand Paris Sud ont missionné un cabinet afin de définir une stratégie partagée, relative aux grandes polarités commerciales de périphérie et à leur articulation avec les centres villes et centres bourgs. La 1ere phase cette étude portant sur le diagnostic de l’offre commerciale a été présentée aux deux territoires ». Nous avons donc demandé au maire de nous préciser les résultats de cette première phase du diagnostic et où en était la seconde phase aujourd’hui ? Pas de réponse !

- Page 31 du rapport concernant le projet Val Vert, il est indiqué que « l’année 2017 a été consacrée à la poursuite des acquisitions et des ventes de fonciers, la réalisation de travaux d’aménagement et la cession de lots de commerces et d’activité. Les recours persistants impactent fortement la réalisation de cette ZAC et le bilan d’aménagement ». Qu’en est-il ? Le maire n’en sait visiblement rien.

- Page 33 du rapport il est précisé qu’après l’installation de la conférence intercommunale du logement, le document cadre en matière d’attribution des logements sociaux devait « se traduire dans des objectifs chiffrés par commune et par bailleur définie dans une convention intercommunale d’attribution ». Qu’en est-il ? Il nous est indiqué que le document est en cours de rédaction.

- Page 35 du rapport d’activité 2017, il est indiqué le lancement de quatre études pôle gare sur le territoire : Sainte-Geneviève-des-Bois, Saint-Michel-sur-Orge, Brétigny-sur-Orge et Marolles-en-Hurepoix ». Alors que l’aménagement de la gare avait été annoncé comme pratiquement lancé par M. Zunino en janvier 2014, le maire nous a quand même précisé que « l’étude avait été lancé en avril 2017, pour une durée de 18 mois » et que « le diagnostic était en cours de réalisation suite au dernier comité de pilotage qui s’est tenu à l’automne 2018 ». Bref, nous ne sommes guère plus avancés sur ce dossier. Tout ceci démontre, hélas, le peu d’implication de la municipalité au sein de l’agglomération. Il serait temps de faire cesser les querelles de préséance entre le maire et son prédécesseur, maintenu vice-président de l’agglomération, pour que les intérêts de Saint-Michel soient pris en compte.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir