Get Adobe Flash player

Pour une métropole Paris-Ile de France au service des citoyens

 

Pas une semaine ne se passe sans qu’une nouvelle rumeur ou indiscrétion ne vienne grossir la liste des différents projets de réforme territoriale du Grand Paris. Cette question nous interpelle aussi à Saint-Michel-sur-Orge dans la mesure où différents aspects de notre vie quotidienne (transport, logement et emploi notamment) sont directement impactés par cette organisation du territoire qu’il faudra bien une fois pour toute stabilisée pour davantage d’efficacité et de compréhension pour les citoyens. Le gouvernement repousse sans cesse la date des premières annonces officielles, laissant institutions et agents dans l’incertitude quant à leur futur et réduisant leur capacité à projeter le service public vers l’avenir. Cette méthode crée l’illusion d’une concertation avec les principaux concernés, les citoyens et leurs représentants, mais masque mal la construction d’une métropole décidée dans un petit cercle restreint coupé des réalités.

Certes l’organisation actuelle ne suffit pas à répondre aux défis de la région capitale, mais un tel chamboulement institutionnel ne peut se décréter dans les salons feutrés des ministères, des préfectures ou de l’Elysée. Chacun connaît trop les conséquences dramatiques pour le quotidien des habitants d’une organisation territoriale centralisée, sans lien avec les citoyens. C’est avec eux, leurs représentants et plus largement tous les acteurs de nos territoires, que la Métropole du Grand Paris doit se construire sur la totalité de la région Ile de France pour réussir. D’immenses défis doivent être relevés : offrir des conditions de transport dignes et au moindre coût pour les usagers, répondre à la crise historique du logement, agir en faveur d’un emploi digne pour tous, lutter contre l’exclusion et les inégalités, développer un environnement sain pour les générations futures.

Alors que les communes et les départements œuvrent au quotidien pour répondre à ces enjeux, le gouvernement souhaite les affaiblir ou les supprimer. Ces collectivités, depuis les lois de décentralisation, ont pourtant incontestablement amélioré le cadre de vie des habitants. C’est pourquoi je reste fermement opposé à la suppression des départements de l’aire métropolitaine et à l’affaiblissement des communes. Le gouvernement doit cesser d’opposer les uns aux autres. Les Départements ne sont en rien des freins à la construction d’une entité métropolitaine, et pourraient au contraire apporter leur pierre à cet édifice au sein d’une Métropole de la coopération.

Nous n’avons pas besoin d’une Métropole du Grand Paris dominatrice qui imposerait sa loi aux communes, mais au contraire d’une construction métropolitaine qui parte des projets de terrain, du travail des communes et des Etablissement Publics Territoriaux sur Paris et la petite couronne, en fédérant leurs énergies avec celles des départements de la grande couronne et de la Région au sein d’un syndicat mixte ouvert.

Les communes doivent pouvoir coopérer de manière libre et consentie au sein des intercommunalités à fiscalité propre disposant de la fiscalité économique et adossés à de véritables bassins de vie et aux dynamiques de projets. Afin de garder ce lien fort avec l’échelon le plus proche des habitants, la commune, là où bat le cœur de la démocratie locale, les Conseillers des différentes intercommunalités doivent être élus au suffrage universel par fléchage, en lien avec les élections municipales. Le syndicat mixte métropolitain englobant toute la région Ile-de-France devrait permettre la représentation des communes, des intercommunalités, des départements et du Conseil régional. Si la métropole parisienne est unique en France, elle est en son sein multiple, diverse, contradictoire, elle ne saurait être centralisée, et sera d’autant plus rayonnante, plus solidaire, plus écologiquement responsable et polycentrique que si tous ses territoires, tous ses acteurs comptent et apportent. Face à la technocratie le pari d’une métropole du renforcement des coopérations pour déclencher développement, réductions des inégalités, démocratie et responsabilité écologique. Donc pas de limites étriquées, mais de la coopération équilibrée sur TOUT le territoire de l’Ile-de-France.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir