Get Adobe Flash player
Dernières infos

Les dessous de la démission du maire de St Michel

 

Ainsi donc, les Saint-Michellois ont découvert dans leur boite aux lettres ce samedi 10 décembre la lettre du maire les informant de sa démission. Ce n’est pas une surprise pour moi. Avec mes collègues de l’opposition nous écrivions en effet ceci dans notre tribune publiée début octobre dans le journal municipal : « L'affaire est entendue. Dans les prochains mois Bernard Zunino va laisser le poste de maire à Sophie Rigault. Nous ne commenterons pas ici toutes les dissensions au sein de la droite locale qui précipitent ce changement à la tête de la municipalité, déjà effectif sur certains dossiers. En exfiltrant le maire actuel, qui « passe mal » dans la population, et dont plusieurs aspects de la gestion conduisent la ville dans le mur, un appareil politique tente de mettre la ville sous sa coupe. Une vaste opération médiatique d’enfumage va repeindre la ville en rose… »

Une première remarque cependant sur la forme et le moment. Alors que le journal municipal de décembre a été distribué il y a une semaine, pourquoi n’avoir pas profité de ce journal pour annoncer cette décision au lieu de faire imprimer un tract spécial qui a aussi un coût. Et qui une nouvelle fois sera payé par les contribuables déjà fortement ponctionnés avec les importantes hausses des impôts locaux !

Jusqu’à ces dernières semaines, il se murmurait que le maire annoncerait, la main sur cœur et les trémolos dans la voix, sa démission lors de son discours de vœux en janvier. Un exercice bien risqué, compte-tenu des piètres prestations oratoires du maire. En fait la petite accélération du calendrier s’explique sans doute par les règles de financement des campagnes électorales. La candidature de Bernard Zunino aux élections législatives des 11 et 18 juin 2017 a été entérinée par les instances nationales du parti Les Républicains, il y a plusieurs mois. Ces investitures sont en cours de révision depuis la désignation de François Fillon. Et des discussions se poursuivent avec les centristes de l’UDI, qui comme il y a 5 ans, veulent imposer la candidature, beaucoup plus solide, de Marianne Duranton, conseillère régionale, élue à Morsang. Si au final, contrairement à son pitoyable retrait en 2012, Bernard Zunino est candidat aux législatives, il doit déclarer dans son compte de campagne toute les dépenses de communication sur sa personne ayant eu lieu dans les 6 mois précédent la premier tour de l’élection. Ce 10 décembre est juste la veille de cette échéance. Bien joué…

Venons-en maintenant au contenu de la lettre du maire. Passons sur la description mélancolique des « mille visages », des « paysages » et « rues anciennes » de notre ville. Attardons-nous un peu sur les quelques passages plus politiques.

- « J’ai toujours considéré que l’action politique n’est pas un métier ». Mais pourtant, le maire a stoppé totalement son activité professionnelle en 2008. Il aurait pu, comme le font certains élus, aménager son temps de travail pour garder un pied dans la vie active, la vraie vie comme on dit. Au contraire, il a même justifié en début de mandat l’augmentation de son indemnité pour garder le même niveau de rémunération. Comparé à son prédécesseur en février 2008, l’indemnité de maire telle qu’elle apparaît dans le budget de la commune atteint aujourd’hui près de 45 % d’augmentation !

- « J’avais exprimé à plusieurs reprises lors de la dernière campagne électorale … que je passerai le témoin en cours de mandat ». Ceci ne figure dans aucun document de sa campagne, ni aucune déclaration faite à l’époque. Cependant, étant très contesté au sein de son équipe et bousculé par Sophie Rigault qui voulait la place tout de suite, il a du composer pour repartir comme tête de liste en 2014. Il a d’abord sacrifié plusieurs sortants (Jacques Callégari, Patricia Aoucheche, Pierre Galland…) pour laisser la place à plusieurs proches de Sophie Rigault. Et il s’est engagé à soutenir la candidature de cette dernière aux élections départementales de 2015 et de lui laisser la place à mi-mandat. C’était le « deal ». Avec en plus une victime collatérale : le directeur de cabinet Bertrand Guillerm, homme rigoureux, intègre et respectueux de l’opposition a été remplacé par un collaborateur intriguant, impulsif et sectaire, proche de Sophie Rigaud.

- « C’est en mars prochain que je porterai pour la dernière fois le budget de notre commune… ». Outre les aspects du compte de campagne pour les élections législatives, évoqués plus haut, il apparait quand même un peu surprenant qu’il s’accorde un sursis de trois mois. Soit il nous met en scène sa future entrée en campagne en s’affichant contre le cumul de mandat, soit il se laisse la possibilité de tenter de revenir sur sa décision, au cas où il n’aurait pas l’investiture définitive de la droite pour les élections législatives. En politique comme on dit (et constate parfois) « rien ne se passe jamais comme prévu »…

- Tout le paragraphe annonçant que « c’est tout naturellement que je vais proposer que Sophie Rigault prenne la tête de notre commune » est rédigé avec beaucoup de retenue. Mis à part « l’implication sans faille » (qui va faire beaucoup rire - ou pleurer - au sein des services municipaux où on la voit très peu depuis qu’elle est conseillère départementale et exerce des fonctions au sein de l’Association des Maires d’Ile-de-France à Paris), le maire se garde bien de mettre en avant une quelconque compétence, le sens de l’intérêt général ou une vision pour notre ville. Il tente néanmoins de rassurer son électorat en précisant « qu’autour d’elle, je sais que les élus et les services ne relâcheront pas leurs efforts ».

- Enfin le maire précise qu’il restera « toujours présent… en tant qu’adjoint ». En général, lorsqu’un maire se retire, il prend davantage de recul et reste au maximum conseiller municipal. On voit bien que dans ce cas de figure tout a été négocié durement. Et il ne dit pas un mot sur le devenir de sa fonction de vice président à l’agglomération. Sans doute un point encore en discussion dans cette guéguerre politicienne au sein de la droite locale.

 

Commentaires 

 
0 #17 odile 24-12-2016 08:44
Bonjour,
Si vous ne recevez pas St Michel ma ville, faites une réclamation à la mairie auprès d'Isabelle LETHIEN.
Citer
 
 
+2 #16 Incompétents 21-12-2016 12:29
Ce maire est un incompétent notoire. Bon débarras !
Celle qui doit le remplacer est une carriériste arrogante. Pas sur que l'intérêt général au service des habitants soit vraiment sa préoccupation...
Citer
 
 
+2 #15 lulu 19-12-2016 09:05
ils doivent bien rigoler toute la clic rigault and co. Ils pensent à eux avant tout. Il faut se réveiller, c'est nous qui avons le pouvoir d'élire ou pas alors pourquoi baisser les bras et se faire manipuler. Réveillons nous! c'est notre ville.....
Citer
 
 
0 #14 nicolle 19-12-2016 08:44
Comme d habitude la rue des palefreniers est oubliée de la distribution.....
Merci pour les infos.
Citer
 
 
0 #13 CLAUDE 17-12-2016 19:11
Bonsoir,
Rien reçu dans ma boîte aux lettre ?
Sophie Rigault a été choisie sur quels critères ?
Sans demander l'avis aux Saint Michellois
Citer
 
 
+3 #12 POP 13-12-2016 21:53
Jean-Louis,
Merci pour cette analyse lucide de la situation de la gouvernance de Saint Michel.
Sans partager toujours l'ensemble de vos positions politiques, je vous rejoins sans partage sur votre constat.
Je crois poindre enfin un changement, une alternance salutaire pour notre ville.
"L'alternance reste la seule valeur dans une démocratie, l'interdire serait y mettre un terme." (René Capitant)

Bien à vous

Pierre-Olivier Parguel
Citer
 
 
+2 #11 Ficelle 13-12-2016 21:49
Je pense que vous forcez un peu le trait sur les différents Zunino-Rigaud. Je pense en particulier que le maire voit arriver des difficultés, car les interpellations des St Michellois sont très vives: hausse des impôts, mauvais entretien de la ville, densification à outrance, avec toutes les conséquences en terme de stationnement et de circulation.
Pas très courageux ce maire pour affronter les habitants. On ne le croise pratiquement jamais dans les rues et très peu dans le peu de réunions qu'il organise. Courage fuyons !
Citer
 
 
+2 #10 PATRICIA GOMEZ 13-12-2016 07:48
Cher jean louis

Bien que de droite et ancienne élue je désapprouve aussi totalement ce passage en force de Sophie Rigault qui est l'eminence grise de B Zunino.

La Mazarine a gagnée, 4 postes ou elle est partout donc nul part, elle elle a la prétention de diriger notre ville ?

Je l'ai vu changer attitude au fil du temps.

Elle a prie la grosse tête.... dommage !!! pour Saint Michel car nous perdons un bon Maire.
Citer
 
 
+3 #9 IDEM 12-12-2016 21:35
Rien reçu dans ma boite à lettre. Les HLM du bois des roches, ils s'en foutent. Zununo Rigault ca ne changera rien pour cette ville qui se dégrade de plus en plus...
Citer
 
 
+2 #8 oubli 12-12-2016 19:11
Il doit y avoir plusieurs catégories de saint-michellois. Rien reçu, comme le journal municipal qu'on trouve 1 fois sur 3. Rien non plus sur le site de la ville... à part l'annonce de coupures électriques et des réunions déjà passée.
Tant pis
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir