Get Adobe Flash player

Conseil municipal 20 décembre 2018 (3e partie) : « Action cœur de ville » dans le brouillard !

Après avoir délibéré le 15 novembre dernier sur l’adhésion (5 000 €) de la ville à la SPL (Société Publique Locale des Territoires de l’Essonne), le conseil municipal devait cette fois-ci autoriser le Maire à signer la convention de mandat entre la ville et la SPL pour la réalisation de l’opération de réaménagement de la rue Berlioz, des places Püttlingen et Berlioz. Pour ce mandat la SPL est rémunérée à hauteur de 69 240 € TTC, pour des travaux estimés à 1 796 000 € HT auxquels il faudra ajouter 329 470 € HT d’études !!! La mise en œuvre de cette action planifiée en 2019 (pour être terminée avant les élections municipales) vise, selon le rapport officiel « à requalifier l’ensemble des espaces extérieurs du secteur Püttlingen/Berlioz, à améliorer le cadre de vie et l’accessibilité aux équipements publics et aux commerces, à sécuriser les cheminements piétons et pacifier les usages, à réorganiser l’offre de stationnement et à retrouver une domanialité claire et lisible entre les espaces publics et privés ». Des intentions louables qui au-delà des coûts, nous semblent un peu précipité tant que rien n’apparaît concrètement sur les travaux de réhabilitation et les actions de revitalisation du centre commercial. Un sérieux problème de méthode se pose sur un dossier toujours aussi opaque.

 


Après avoir délibéré le 15 novembre dernier sur l’adhésion (5 000 €) de la ville à la SPL (Société Publique Locale des Territoires de l’Essonne), le conseil municipal devait cette fois-ci autoriser le Maire à signer la convention de mandat entre la ville et la SPL pour la réalisation de l’opération de réaménagement de la rue Berlioz, des places Püttlingen et Berlioz. Pour ce mandat la SPL est rémunérée à hauteur de 69 240 € TTC, pour des travaux estimés à 1 796 000 € HT auxquels il faudra ajouter 329 470 € HT d’études !!! La mise en œuvre de cette action planifiée en 2019 (pour être terminée avant les élections municipales) vise, selon le rapport officiel « à requalifier l’ensemble des espaces extérieurs du secteur Püttlingen/Berlioz, à améliorer le cadre de vie et l’accessibilité aux équipements publics et aux commerces, à sécuriser les cheminements piétons et pacifier les usages, à réorganiser l’offre de stationnement et à retrouver une domanialité claire et lisible entre les espaces publics et privés ». Des intentions louables qui au-delà des coûts, nous semblent un peu précipité tant que rien n’apparaît concrètement sur les travaux de réhabilitation et les actions de revitalisation du centre commercial. Un sérieux problème de méthode se pose sur un dossier toujours aussi opaque.

Vous trouverez ci-après l’intervention de ma collègue Corinne Bediou : « Vous admettrez bien avec nous, que ce dossier Action Cœur de Ville est un dossier majeur pour notre commune. Cependant ces enjeux ne sont pas uniquement sociaux. Certes avec le changement de propriétaire des logements aujourd’hui gérés par Plurial Novilia et leurs réhabilitations programmées, l’aspect social de ce dossier est important, mais ce n’est pas le seul. En effet, nous faisons face ici à des enjeux majeurs en termes d’urbanisme et de finance. C’est pourquoi nous pensons qu’il n’est pas acceptable que les commissions urbanisme et finance n’aient pas été saisies pour ce dossier central. D’ailleurs c’est bien d’une opération de réaménagement de l’espace urbain dont nous parlons ce soir. Cette mise au point, pour expliquer les raisons qui nous ont amené à déposer un projet de délibération. Ici, nous nous sommes basés sur une expérience précédente initiée par Monsieur Zunino alors Maire, qui lors du CM du 3 Avril 2008, conscient que l’opération du quartier Gambetta réclamerait la synergie de différentes compétences, avait mis en place une commission spécifique pour travailler sur ce dossier Gambetta. Ce n’est rien de moins que ce que nous demandons à travers cette délibération pour le dossier Action Cœur de Ville. Permettez-moi d’évoquer trois éléments susceptibles d’être soumis au travail de cette commission :

-La convention qui a été signée au mois de Juin comprenaient plusieurs annexes qui n’ont toujours pas été transmis aux élus malgré nos demandes répétées. Pourquoi cette opacité et tous ces mystères ? On serait légitime à s’interroger sur d’éventuels « secrets » qui « justifieraient » la mise à l’écart des élus du CM ? Une commission transparente permettrait de lever bien des interrogations et des suspicions certainement fausses…

- Dans la perspective des travaux programmés par Plurial, nous avons eu plusieurs locataires qui nous ont fait part du manque d’information concernant les travaux de rénovation des logements, en termes de calendrier et de leur ampleur. Comment la ville compte-t-elle accompagner au mieux ces Saint Michellois concernés ?

- Ce qui m’amène à la dernière question plus générale. Quelles modalités vont être mises en place par la ville, afin de faire vivre la participation des habitants et des commerçants ? Il nous semble important, dans l’objectif d’une véritable appropriation de ce dossier par les personnes concernées à différents niveaux (le logement, les déplacements, les commerces, mais aussi en matière d’impact sur les impôts via les modalités de financement du programme) qu’un vrai cadre de concertation soit mis en place comme le préconise l’Etat. Je vous en rappelle les termes issus du guide du programme Action Cœur de Ville : « Des comités d’usagers représentant la société civile seront à mobiliser pour favoriser la co-construction du projet, notamment en recueillant les avis de la population et des entreprises, dans sa conception et son déploiement. Toute forme d’association du public et du tissu associatif est encouragée ».

Comme d’habitude notre proposition de création d’une commission spécifique a été rejetée par le maire au motif qu’elle n’avait pas été déposée assez tôt en amont du Conseil municipal !

Puis Françoise Poli est alors intervenue sur le fond du dossier pour rappeler les préalables non levés déjà évoqués en juin dernier : « Soucieux de l'intérêt général, nous voudrions contribuer à la réussite du dossier dont la ville, le quartier et les habitants ont bien besoin. Au-delà de belles images futuristes à travers quelques esquisses quelles solutions pour (liste non exhaustive) :

1/ sortir du contentieux juridique qui mine depuis 1999 la copropriété qui gère ce centre commercial,

2/ régler l'imbroglio sur la domanialité des différents espaces,

3/ attribuer les nombreux logements vacants en assurant une mixité sociale,

4/ associer les habitants,

5/ et payer l'addition ! »

L’enveloppe prévisionnelle des travaux est désormais estimée à 1 796 000 € HT, en coût travaux (contre 1 428 272 € HT annoncé en juin dernier !) auxquels s’ajoute un budget d’études techniques estimé à 329 470 € HT. Mais une fois de plus le maire a été dans l’incapacité de nous préciser comment et par qui était financé cette opération…

Mis à jour (Vendredi, 04 Janvier 2019 22:19)

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir